Couverture GA 44

« Conquête Urbaine », l’exposition rétrospective organisée au Musée des Beaux Arts de Calais donne le ton de cette nouvelle édition. Car voilà que l’Urbain devient le sauf conduit vers la conquête d’un public de plus en plus…conquis. Calais est la ville d’Europe aux premières lignes du Brexit et c’est justice qu’elle accueille un genre qui n’a aucun respect pour les frontières et s’insinue dans toutes les strates thématiques ou géographiques de la culture qui compte. Le corps, d’abord, nouvelle zone de conquête dans notre dossier consacré aux artistes tatoueurs. La pierre, ensuite avec un portrait de Does qui travaille au cœur même des surfaces minérales. Deux grandes interviews marquent aussi ce numéro. Swoon qui inaugure avec un solo show envoutant le nouvel espace Fluctuart. Fluctuart ? C’est une péniche installée sur les rives de la Seine dédiée à l’art contemporain urbain. Fluctuart : « Conquête Fluviale ». L’autre rencontre est celle de Mist qui revient avec son abstraction hyper énergique : « Conquête Quantique ». Bom-K qui nous avait l’honneur d’une couverture envoutante dans le numéro précèdent revient pour portrait à l’occasion de son nouveau show à Paris. « Conquête historique », alors qu’il bat les records d’enchères, nous couvrons aussi une exposition exceptionnelle consacrée à Basquiat aux Pays-Bas. « Conquête phylogénétique », une visite à l’atelier d’Alexis Diaz nous montre au travail le maître de l’hybridation animale. Et pour en terminer avec toute cette agitation épuisante, nous retournons en Espagne, où Ampparito nous apaise avec son ironie tranquille. Que faudrait il conclure face à une telle extension du domaine de l’urbain ? No Border, évidemment.